Ce blog vire à la critique cinématographique et livresque! Qu'a cela ne tienne, je poursuis donc!

Ma dernière excursion au cinéma, c'était il y a 15 jours... Avec mon acolyte nous ne savions pas trop quoi aller voir, et on s'est dit, même pas peur, allons voir Shutter Island, même si c'est interdit au moins de 12 ans!
On en est ressorties quasiment hystériques, Scorsese signe ici un de ses meilleurs films (même si j'ai grave kiffé No Direction Home, dans un autre genre), les acteurs jouent juste, la lumière est lugubre, inquiétante, les plans sont variés, fluides, la caméra décrit un ballet permanent, nous laissant embrasser et le talent du réalisateur, et l'horreur de l'instant.

Le résumé en bref:
Shutter Island, 1954, petit ile, caillou grisatre soumis au caprice du temps, au large de Boston. Le Marshall Daniels est chargé d'enquêter sur la disparition de l'un des patients de l'asile qu'abrite l'ile.
On imagine qu'au sortir de la seconde guerre mondiale, en ces temps d'eugénisme et de lobotomie, par ce climat de guerre froide, c'est pas riant riant. L'ambiance est glaçante et m'a capté dès les premières minutes du film. Quant à la fin, je n'en dirait rien, mais rien que pour ça faut voir le film!